12/27/2008

En faire partie

C'est quoi, la "bonne société", demanda le Collégien? En vrac, dit l'Ethnologue: l'Apparatchik, l'Activiste, le Politologue, le Secrétaire, le Copain, le Futur Copain, le Candidat, la Cheffe, la Bateleuse, l'Epouse, la Rapace, Après-moi-le-déluge, Très-dans-la-ligne, Très-dans-le vent, Suivons-le-mouvement, Ixe, Igrèke, Zède, Zède bis, etc. Mais pas en revanche le Métaphysicien, lui non. Lui n'appartient pas à la bonne société. Ce n'est pas qu'il n'aimerait pas. Il aimerait au contraire beaucoup. C'est même le rêve de sa vie. Mais justement il ne le montre que trop. En sorte qu'il n'en fera jamais partie. Le monde est vraiment mal fait, dit l'Avocate. Pauvre Métaphysicien! Mais le Métaphysicien ne le sait pas, dit l'Ethnologue. Il est intimement persuadé qu'il en fera un jour partie. Et toi-même, dit l'Avocate: tu n'aurais pas envie par hasard d'en faire partie? Ne te gêne pas, on est entre nous. J'en ai fait autrefois partie, dit l'Ethnologue. Mais je m'en suis fait éjecter. Des choses qu'il ne fallait pas dire. D'autres, au contraire, que j'aurais dû dire mais que je ne disais pas. Etc. Si je le regrette? Les gens dont je te parle, je les ai très bien connus. Je les ai même côtoyés de près.

11/25/2008

Analogue

Tu auras remarqué, dit l'Etudiante. Personne ne parle plus aujourd'hui des négationnistes. D'autres ont pris le relais, dit l'Ethnologue: les pédophiles par exemple. Quel rapport, demanda le Collégien? Les pédophiles occupent aujourd'hui, dans l'organigramme social, une place analogue à celle qu'occupaient autrefois les négationnistes, dit l'Ethnologue. En d'autres termes, ils assurent les mêmes fonctions. Lesquelles, demanda l'Etudiante? En gros trois, dit l'Ethnologue. En premier lieu, ils contribuent au renforcement de la cohésion sociale. Y contribuent en raison même de la haine qu'ils inspirent. Car elle a un effet cathartique. En second lieu ils contribuent à accélérer le changement social. Les dirigeants prennent, en effet, prétexte de telles incriminations (négationnisme, pédophilie, etc.) pour se permettre toutes sortes de choses qu'ils ne pourraient pas autrement se permettre (en violation des normes constitutionnelles, par exemple, ou encore des principes généraux du droit). Ils créent ainsi des précédents (précédents sur lesquels ils pourront ensuite s'appuyer pour aller plus loin encore dans cette direction, et dans d'autres domaines). Dernière fonction enfin, la plus importante peut-être: une fonction d'intimidation. De tels phénomènes sont en effet l'occasion pour les dirigeants de montrer leur force (et surtout leur détermination à s'en servir). Chacun se dit donc: pourvu que ça ne m'arrive pas à moi aussi.

11/05/2008

Leurs rêves

Ce soir, à l'Emission, ils ont parlé du nouveau président, dit l'Auditrice. L'un d'eux a eu ce mot: "Il a comme qualité, à part la couleur de sa peau, sa très grande compétence". Joli, non? Ils disent exactement ce qu'ils pensent, dit l'Ethnologue. Pour eux, la couleur de sa peau est en elle-même, réellement, une qualité. Peut-être même la plus importante. Je vais te dire, en fait, ce qu'ils pensent. La première des deux qualités susmentionnées (la couleur de sa peau) inclut en elle la seconde (sa très grande compétence). Elle lui est unie d'un lien synthétique. Etant donné la couleur de sa peau, ce type est forcément quelqu'un de très compétent. Quelle équipe, dit l'Auditrice. Au minimum devrait-on leur apprendre à dissimuler leur pensée. Mais on le fait, dit l'Ethnologue: ils suivent même des stages, participent à des séminaires, etc. Cela étant, tu ne peux pas empêcher qu'ils s'emmêlent un peu parfois les pinceaux; que la langue leur fourche. C'est inévitable. On aimerait bien connaître leurs rêves, dit l'Auditrice: ça doit être plus drôle encore.

11/02/2008

"Trip to Asia"

C'est un très beau film, dit la Barbouilleuse (Trip to Asia: The Quest for Harmony, de Thomas Grube). On se dit en le voyant: ce serait ça la solution. La solution à quoi, dit le Sceptique? A tous nos problèmes, dit la Barbouilleuse: ceux, justement, que nous ne parvenons pas à résoudre. Précise un peu, dit le Sceptique. C'est un documentaire, dit la Barbouilleuse: un documentaire sur la Philharmonie de Berlin. Le film suit les musiciens dans une de leurs tournées à l'étranger, ici en Extrême Orient (Chine, Corée, Taiwan, Japon). Le chef est anglais, mais baragouine un peu d'allemand. Les répétitions se font dans les deux langues: allemand et anglais. L'orchestre lui-même est cosmopolite: beaucoup d'Allemands, bien sûr, mais aussi des Britanniques, des Italiens, des Français, etc. Une particularité, le chef est élu par les musiciens. Bien sûr, comme en tout collectif, il y a parfois des tensions, mais plutôt moins ici qu'ailleurs. Moins qu'ailleurs, car les musiciens se transcendent eux-mêmes dans la musique. Ils se pensent eux-mêmes comme étant à son service. Autant dire que la Philharmonie ne fait pas que produire de l'harmonie: elle-même est harmonie, harmonie des coeurs, en l'occurrence. Qui plus est, le public lui-même participe de cette harmonie (par effet d'imprégnation). C'est une Philharmonie en plus grand. La société dans son ensemble n'est pas un simple orchestre, dit le Sceptique.

10/24/2008

Aristote

C'était ce matin même à l'Emission, dit l'Auditrice. Il était question du juste salaire. Qu'est-ce qu'un juste salaire, qu'est-ce qui est juste ou non dans ce domaine? Le Métaphysicien a donné son avis. Pour lui, la question est insoluble, car les critères objectifs font défaut. Il y a quand même certaines évidences, dit l'Etudiante. Quand des gens touchent des salaires de sept ou huit chiffres, comme c'est le cas parfois, qui pourrait dire que de tels salaires sont justes? Justes, au sens de la justice sociale? Est-ce seulement décent? Ce n'est pas ce que dit le Métaphysicien, dit l'Auditrice. Il reconnaît volontiers que de tels salaires sont injustes. Ce qu'il dit, c'est qu'on ne sait pas à quelle hauteur exactement il faudrait les plafonner pour qu'ils cessent d'être injustes. Le Métaphysicien s'enferme dans le tout ou rien, dit l'Ethnologue: soit les experts nous disent exactement en quoi consiste le juste salaire, ils nous donnent un chiffre, soit on est livré à l'arbitraire. Mais non. On sait très bien plus ou moins en quoi consiste le juste salaire, entre quelles limites approximativement il se situe. De telles limites n'ont rien de subjectif, elles sont complètement objectives: objectives, non pas évidemment au sens où elles seraient rigoureusement calculables, ou encore se déduiraient de principes a priori (on est dans le sublunaire), mais où elles répondent à certaines considérations raisonnées (politiques, économiques, morales, etc.). Les mathématiques le cèdent ici à la prudence, plus exactement encore au jugement (qui accompagne la vertu de prudence). Le jugement est la "détermination correcte de ce qui est équitable", dit Aristote (Ethique à Nicomaque, 1143 a 20). C'est la première fois que je t'entends citer Aristote, dit l'Avocate. Pourquoi non, dit l'Ethnologue?

9/12/2008

La Belette

La Belette est intervenue l'autre jour à l'Emission, dit l'Auditrice. Elle réclame plus de sévérité encore avec les pédophiles. La prison à vie sans aménagement possible de peine, comme le prévoient désormais les textes (en violation, soit dit en passant, de la convention européenne des droits de l'homme), c'est, selon elle, très insuffisant. Il faut aller plus loin encore: supprimer, par exemple, le délai de prescription en matière de crimes sexuels. On alignerait ainsi la pédophilie sur les crimes contre l'humanité. Ces gens sont malades, dit l'Etudiante. Et quoi d'autre encore? Tout est possible, dit l'Ethnologue. Mettre au point des tests génétiques, éventuellement même comportementaux, pour vérifier que les enfants dans le ventre de leur mère n'aient pas déjà certaines prédispositions pédophiles, par exemple. Ils seraient alors fichés, certains même astreints au port d'un bracelet électronique. Autre possibilité encore, instituer un TPIY pour pédophiles et consommateurs d'images pédophiles sur Internet. La Cruche retrouverait ainsi un poste. C'est vrai, dit l'Avocate. On allait l'oublier, celle-là. Vous insultez aux victimes, dit la Poire. De tels propos sont intolérables. Parce que, d'après vous, la Belette se soucie des victimes, dit l'Ethnologue? C'est ce que vous pensez? La Belette court après sa réélection, c'est tout.

9/03/2008

Retournement

La psychanalyse, à son origine, a été un authentique mouvement de libération, dit l'Avocate. C'était une promesse de liberté, et même plus qu'une simple promesse: elle a réellement marqué une avancée dans ce domaine. Sauf qu'assez vite, un retournement s'est produit. La psychanalyse s'est enlisée dans le marketing, les techniques de manipulation des masses, l'instrumentation psychique sous toutes ses formes, etc. On le vérifie aujourd'hui à l'école, dans les médias, les entreprises, etc. De force d'émancipation qu'elle était à l'origine, la psychanalyse est ainsi devenue force d'aliénation. L'élan révolutionnaire dont elle était originellement porteuse s'est plus ou moins tari. C'est très souvent ce qui se passe, dit l'Auteur. Au début, le christianisme, lui aussi, a été une force d'émancipation. Relis l'Evangile. Ensuite sont venus les dogmes, les définitions toutes faites, les compromissions avec le pouvoir, etc. C'est la même évolution.

6/18/2008

Concurrentiel

Le Journal trouve anormal qu'un certain nombre de sportifs ou soi-disant tels se dopent avant une compétition, dit l'Avocate. Mais les sportifs ne sont pas seuls à se doper. A quand des contrôles d'urine dans les banques, les entreprises, certaines écoles ou universités, etc., pour vérifier que les gens ne se dopent pas aux amphétamines? Je dis aux amphétamines, mais ça pourrait être à n'importe quoi d'autre. On n'a que l'embarras du choix. De tels produits, au demeurant, s'obtiennent aisément en pharmacie. Ce n'est pas exactement pareil, dit le Collégien. Si, justement, dit l'Avocate. C'est exactement pareil. Si tu veux savoir, c'est même bien pire encore. Mais personne ne s'en émeut. Certaines firmes pharmaceutiques travaillent ouvertement aujourd'hui à la mise au point de produits médicamenteux capables d'augmenter les performances humaines. "Le business du surhomme", selon l'expression du Monde (17/6/08). Où est le problème, dit l'Ethnologue? On est dans un univers concurrentiel. Marche ou crève. Et donc, dit le Collégien? Il ne faudrait pas que l'arbre cache la forêt, dit l'Avocate. Le sport-spectacle et ses coulisses, c'est l'arbre qui cache la forêt. A propos, dit l'Ethnologue, savez-vous où ils ont installés leur laboratoire d'analyse antidopage, laboratoire travaillant en partenariat avec l'organisme international en charge de ces questions? Je vous le donne en mille: à Dope City. Non, je ne plaisante pas. Regarde, c'est dans l'annuaire.

4/28/2008

La Zona

C'est intéressant comme film, dit le Double. Je parle de La Zona, propriété privée, le récent thriller de Roberto Pla. On est dans un quartier protégé, ce qu'on appelle un ghetto pour riches. Des propriétaires courent dans tous les sens: ils recherchent deux petits voleurs, des gens qu'ils prennent pour des assassins. En réalité ce n'est pas le cas, ce ne sont pas des assassins. Mais quand les propriétaires en prennent conscience, il est déjà trop tard, les deux petits voleurs sont partis à la décharge. C'est un film sur l'autodéfense, en même temps que sur les impasses de l'autodéfense. Mais ce n'est pas un film à sens unique. Il donne aussi la parole aux propriétaires. Normalement, disent-ils, la police est là pour assurer la sécurité des biens et des personnes. Or, la réalité est qu'elle n'assure plus rien du tout. Parfois, même, eux-mêmes en ont fait l'expérience, il est dangereux de s'adresser à elle. Quelques années plus tôt, l'un d'eux avait dénoncé des criminels à la police. La police les arrête donc, mais prend en même temps bien soin de leur communiquer les nom et adresse de l'homme qui les avait dénoncés. Résultat, plusieurs côtes cassées, avec en prime un décollement de la rétine. Et donc, demanda l'Etudiante? C'est un film aporétique, dit le Double. Il soulève une difficulté, mais ne la résout pas.

3/27/2008

Protesté

Tu vois qui est le Guignol, dit l'Auditrice: c'est le chef de la police à... Certes, reconnaît-il, il n'est pas très heureux que de simples citoyens se transforment en enquêteurs-inquisiteurs. Ce n'est pas exactement leur rôle. Mais, tempère-t-il, "où est la limite entre mobilisation citoyenne et chasse à l'homme?" Joli, non? Le Guignol n'est qu'un employé, dit le Sceptique. Il suit une certaine ligne, celle qu'on lui dit de suivre. En attendant, dit l'Auditrice, il ne s'en est pas moins rendu coupable d'au moins deux délits graves: incitation publique à la violence, d'une part, manquement au devoir de fidélité des fonctionnaires de l'autre. Normalement, on s'attendrait à des sanctions. Tu veux faire quoi, dit le Sceptique?

3/20/2008

Combat citoyen

C'est leur campagne semestrielle, dit l'Etudiante. A première vue, c'est bien parti. Tu as maintenant des sites spécialisés dans ce domaine: ils balancent des noms, publient des photos, etc. Leurs responsables sont très fiers d'eux-mêmes, ils parlent de "combat citoyen". On compte déjà un mort, un présumé pédophile (mais qui, en fait, n'en était pas un: on l'a appris après coup). Il s'est suicidé. J'écoutais l'autre jour l'Emission, dit l'Auditrice. La Revuiste, une jeune sous-cheffe, a dit que la pédophilie était la "figure absolue du mal": ça veut dire quoi, la "figure absolue du mal"? Un crime est un crime, c'est assez grave déjà comme ça. Un autre, psychiatre de son état, en rajoute encore une couche: la pédophilie, dit-il, c'est "l'impensable", "l'indicible", "l'innommable", etc. Ce qui ne l'empêche d'ailleurs pas, soit dit en passant, de développer toutes sortes de théories personnelles à ce sujet: l'indicible, parlons-en. N'est-ce pas Nietzsche qui disait: "Inventez-moi donc cette justice qui acquitte tout le monde, à l'exception du juge", dit l'Etudiante?

1/20/2008

Aussi l'autre

Les gens croient volontiers qu'il suffit de dire le contraire de ce que disent les médias pour être dans le vrai, dit le Sceptique. Evidemment non. C'est la même propagande, mais à l'envers. Semblablement, ce n'est pas parce que certains acteurs historiques, se prévalant d'une interprétation qu'on qualifiera d'extensive du droit du plus fort, ont pris l'habitude de traîner leurs ennemis vaincus en justice, après les avoir accusés des pires exactions, que ces derniers, comme on inclinerait spontanément à le croire, ne seraient coupables de rien. Il y a au contraire fort à parier qu'ils sont coupables de beaucoup de choses. Mais s'ils ont commis des crimes, ils ne sont assurément pas seuls à en avoir commis: c'est là le point. Les autres, et par exemple, justement, ceux d'en face, en ont commis également, souvent même d'aussi graves. Je ne me contente donc jamais de ne regarder qu'une moitié seulement du tableau, je regarde aussi l'autre. Les gens s'étranglent quand on leur dit ça, dit l'Etudiante. Tiens donc, dit le Sceptique.