1/05/2022

Files d'attente

Regarde ces files d'attente devant les ..., dit l'Ecolière. Ces keufs en hordes serrées opérant dans les gares, les restaurants, etc. Ces violences à n'en plus finir assorties de menaces désormais directes et précises, dans le style: on vous emmerde, on va vous supprimer tous vos droits, vous n'aurez plus accès à rien, etc. C'est l'Administrateur direct qui s'exprime ainsi. Et ce ne sont pas de simples paroles en l'air, il joint le geste à la parole. En face, on s'attendrait à ce qu'il se passe quelque chose: qu'est-ce que tu crois. Rien, aucune réaction. Pas même l'amorce du début de quelque chose. Les gens courbent l'échine, l'air hébété. L'image usée des foules qu'on mène à l'abattoir se présente dès lors d'elle-même. On n'a même plus besoin de recourir aux livres d'histoire, ceux bien sagement rangés sur les rayons des bibliothèques. Les livres d'histoire sont là grands ouverts, et même les pages se tournent toutes seules. Attention, dit l'Avocate, comme tu le sais, ils n'aiment pas trop les comparaisons. Tu peux dire tout ce que tu veux à la maison. Mais pas comme maintenant dans la rue où les gens peuvent t'entendre. Je ne compare rien, dit l'Ecolière. Je dis la réalité. Après s'ils n'aiment pas, c'est le même prix. Un jour ou l'autre les écailles leur tomberont des yeux. Mais il sera alors trop tard. Le piège se sera refermé. Ils ne pourront plus revenir en arrière. Mais c'est leur problème. Quant aux donneurs d'ordre et à leurs sbires, l'Administrateur direct entre autres, je ne les sous-estime pas, je sais de quoi ils sont capables. Mais ils ne me font pas peur. Je prends seulement quelques précautions.