12/16/2016

Détresse

La Bique est en très grande détresse, dit l'Auditrice. Les élections ont lieu l'an prochain, or le risque est grand qu'elle prenne une tisane. Les mots me manquent pour dire les effets que l'éventuel effacement de ce condensé de belles compétences pourrait avoir pour le bien commun. C'est inexprimable. Sauf qu'il y a le Journal. Ah, le Journal. Heureusement qu'il y a le Journal. Faire diversion, je sais. C'est même ce que je sais faire de mieux. En plus, je sais qui sont les dirigeants. Les vrais. Et m'inventer des prétextes. Trois personnes sont dans leur collimateur: l'Apiculteur, le Portraitiste, ainsi qu'un proche de l'Epouvantail, auteur d'ouvrages de référence sur les crises sociétales présentes et à venir. Le Journal leur reproche, à eux trois, d'avoir infiltré l'Etat de droit en y créant un groupe de réflexion sur des sujets prohibés: les crises sociétales, justement, mais aussi l'... de masse, le péril ..., etc. La Bique s'est dite profondément choquée par ces révélations. C'est l'image même de l'Etat qui est en jeu: son image même et sa dignité. En plus, le Portraitiste n'a pas de téléphone portable. C'est contraire aux valeurs humanistes. Qui lit encore ces feuilles discréditées*, dit l'Etudiante: ces petites pravdas épanchant leur venin, c'est tout. Les gens haussent les épaules et passent leur chemin. Pour sauver son siège branlant, la Bique, excuse-moi, devra trouver autre chose.

* Cf. L'Antipresse, 4 et 11 décembre 2016 (sur Internet).