7/19/2014

Surpasse

Autrefois, les forces armées avaient pour fonction première de protéger les frontières, dit le Cuisinier. C'était leur raison d'être même. Aujourd'hui, comme vous le savez, c'est l'inverse: leur raison d'être est  d'encourager un maximum possible de gens à les franchir, qui plus est en leur prêtant assistance. Voyez cette déclaration du chef d'état-major de la marine italienne: "Sauver des vies humaines est une obligation qui surpasse tous les devoirs du marin"*. Il dit bien: tous les devoirs. Rien que pendant les six premiers mois de cette année, les arrivées sur les côtes italiennes se sont chiffrées à 63'000. Admettons un instant que ce qui surpasse tous les devoirs du marin, c'est l'obligation de sauver les vies humaines, dit l'Etudiante. Admettons-le. Si cet homme avait réellement pour souci de sauver des vies humaines, peut-être se projetterait-il un peu dans l'avenir, je veux dire: essayerait-il d'imaginer à quoi pourrait ressembler l'Europe dans une ou deux générations: pourrait y ressembler, justement, à cause de gens comme lui. Peut-être, alors, en viendrait-il à admettre que défendre les frontières, c'est aussi une manière de sauver des vies humaines. Pourquoi dis-tu une ou deux générations, dit le Colonel? Une ou deux générations, je ne pense pas. Beaucoup moins, en réalité.

* Le Figaro, 10 juillet 2014.