3/22/2015

Pendant qu'on y est

Oui, je sais, dit la Poire. Certains disent que si le terrorisme n'existait pas, il faudrait l'inventer. J'ai entendu ça. Les dirigeants n'auraient peut-être pas exactement inventé le terrorisme, en revanche ils l'utiliseraient comme prétexte pour faire ceci ou cela: liquider ce qui subsiste encore des libertés individuelles, par exemple. Je sais. D'autres vont plus loin encore, n'hésitant pas à dire que leurs prétendues lois anti-terroristes n'ont en aucune manière pour objet de combattre le terrorisme (il leur est d'un beaucoup trop grand profit), mais de prévenir toute velléité d'autodéfense (à plus forte raison encore de révolte) des citoyens, en particulier des laissés-pour-compte de la mondialisation, ce qu'on a appelé la "France périphérique"*. Ce seraient eux les gens à surveiller: eux et non pas du tout les …, qu'ils considèrent au contraire, on se demande pourquoi d'ailleurs, comme des alliés objectifs. On peut naturellement tout dire, et pendant qu'on y est, pourquoi pas, rappeler le rôle historique des Etats-Unis et de leurs alliés sunnites au Proche-orient dans l'émergence et la montée en puissance des principaux groupes … à travers le monde, groupes, au demeurant, qu'ils continuent aujourd'hui encore à soutenir activement (mais évidemment ils n'iront pas le crier sur les toits). Qu'est-ce qu'on ne raconte pas. Dieu merci, j'ai appris depuis longtemps à penser par moi-même. Donc, je disais...

* Christophe Guilluy, La France périphérique, Flammarion, 2014.