2/18/2013

C'est assez ça

Si tu vas sur leur site, tu verras que la devise de Dope-City est: "Dope-City bouge", dit l'Ethnologue. L'expression "Dope-City bouge" a été forgée au début des années 80, elle désignait à l'époque un collectif de casseurs, des gens qui saccageaient des vitrines pour le simple plaisir de les casser. C'est eux, en fait, qui l'ont forgée. La nomenklatura locale l'a ensuite récupérée. Dans L'enseignement de l'ignorance, Jean-Claude Michéa écrit: "On sait que le système a déjà réussi à imposer aux fractions les plus canalisables de la jeunesse, l'idée que bouger serait en soi une activité parfaitement définie et nécessairement vertueuse. Dans la pratique, il y a donc beaucoup de chances pour que ce que la jeunesse qui regarde Canal + appelle habituellement une ville qui bouge bien soit, en vérité, une ville que détruisent le tourisme et la promotion immobilière, où la mafia possède de nombreuses boîtes de nuit et où les téléphones portables se vendent particulièrement bien"*. C'est assez ça. D'une manière générale, on n'a plus besoin aujourd'hui de casseurs pour casser une ville. Les casseurs eux-mêmes ont fini par le comprendre. Les ex-sympathisants de "Dope-City bouge" se sont pour la plupart recyclés dans la communication, la gouvernance, parfois même la police. On mesure mieux désormais de quoi bouger est le nom.

* Flammarion, 2006, p. 105.